Actualités

Le 14/06/2016

Lancement du Prix des bonnes pratiques du Grand Est


Le prix des bonnes pratiques du Grand Est est une porte d'entrée vers le Prix France : les gagnants représenteront le Grand Est au prix national des bonnes pratiques. Il permet de se mesurer aux organismes de son territoire et constitue le premier niveau de reconnaissance.

Capture decran 2016 06 12 a 18.04.38

Pour qui ?

- Les grandes entreprises de plus de 5000 salariés (incluant filiales et établissements),
- les ETI : effectif compris entre 250 et 4999 salariés,
- les PME : effectif compris entre 20 et 249 salariés,
- les TPE: effectif compris entre 1 et 19 salariés,
- les Services Publics et les Associations.

Un prix sera décerné pour chaque catégorie.

 

Sur quels critères les entreprises sont-elles évaluées ?

Toutes les organisations et entreprises qui souhaitent mettre en avant une démarche d’excellence peuvent candidater en mettant en avant un des cinq « facteurs » du modèle EFQM® suivants dans leur dossier :
Le leadership, qui traite notamment de l’exemplarité des dirigeants et de leur rôle de modèle pour l’ensemble des collaborateurs,
La stratégie, qui évalue la manière dont l’organisation élabore, communique et met en œuvre sa stratégie,
Le personnel, qui recouvre tout ce qui touche à la gestion des collaborateurs,
Les partenariats et les ressources, qui concerne toutes les formes de partenariats qu’une organisation peut développer avec ses fournisseurs, son environnement sociétal et économique,
Les processus, les produits et les services, qui couvre tout ce qui touche à la définition, à la mise en œuvre et au pilotage des processus dans l’organisation.

 

Comment participer ?

Inscrivez-vous jusqu’au 30 juin, puis déposez vos dossiers de candidature (2 à 10 pages) avant le 31 juillet.
Retrouvez tous les documents en ligne ici

 

Envie d’en savoir plus ?

Une webconférence est organisée le 16 juin : pensez à vous y inscrire par mail via contact@mfq-alsace.com

Présentation des Prix Qualité Performance 2017 from France Qualité • AFQP

Le 14/06/2016

Participez au 4ème Prix Étudiant


Les étudiants d’aujourd’hui sont les managers de demain, l’enjeu est donc important. Ce prix souhaite les motiver : il permet en effet de concourir aux côtés de grandes entreprises et organisations. Le Prix des Étudiants est remis lors de la même cérémonie que le Prix France et le Prix des Bonnes Pratiques à Bercy.

Capture decran 2016 06 12 a 19.38.24

Pour qui ?

Deux catégories sont ouvertes pour ce prix :
- Bac+3 (Licence, Licence Pro),
- Bac+5 (Master, Ingénieur).

 

Vous êtes une entreprise ?

Vous pouvez demander à vos apprentis de participer au Prix Étudiant.

 

Comment s’inscrire ?

Pour concourir, envoyez avant le 20 juin 2016 la Fiche d'inscription 2017 à l'adresse prixqualite@francequalite.fr. Vous avez ensuite jusqu’au 30 septembre 2016 pour renvoyer la fiche d'inscription accompagnée du dossier de candidature à la même adresse. Le dossier devra comporter 10 pages maximum (sans annexe). Sa rédaction est laissée à l’initiative des candidats afin de laisser libre cours à leur imagination et de permettre d’évaluer leur esprit de synthèse.

L’inscription au prix des étudiants est gratuite.

NB : Les étudiants ne peuvent pas s’inscrire de façon autonome. Ils sont inscrits obligatoirement par leur établissement.

 

L’Alsace à l’honneur !

Voilà 4 ans déjà que le Prix Étudiant a été lancé... et que les lauréats sont alsaciens !
• La lauréate 2013 : Pauline Vasseur, Université de Haute Alsace, IUT Département GMT Mulhouse,
• La Lauréate 2014 : Valérie WIRTH - Institut Universitaire de Technologie de Mulhouse,
• La lauréate 2015 : Hiba TAHBOUL - Étudiante en Licence Professionnelle Management des entreprises par la qualité à l’IUT d’Haguenau (Safran).

Tenté de devenir le prochain lauréat et de représenter l’Alsace au Prix Étudiant ? Lancez-vous !

En savoir plus

Présentation du Prix Étudiants Qualité Performance 2017 from France Qualité • AFQP

Le 08/06/2016

A la rencontre de la plateforme industrielle du courrier

Capture decran 2016 06 06 a 21.10.35

clublabo

 

TFF

Ci-dessus, une trieuse de tournées du facteur, produite par Solystic.
Dim 8,3 x 2,5 m, 30 000 plis à l’heure en 3 passes. 20 tasseurs de sortie : elle fait du TCD, tri par tournée dans l’ordre de l’itinéraire du facteur.

MTI

MTI2

Ci-dessus, une machines de tri industriel produite par SIEMENS.
38 mètres de long, 40 000 plis à l’heure, 256 directions (4 x64 tasseurs), 1 pilote, 2 opérateurs, Lecture automatique (TAE)

Le 17/05/2016

Retour en image sur la Journée du lean

L'édition 2016 fut une belle réussite, et toute l'équipe de MFQ Alsace remercie les participants et les intervenants de cette journée !

 

Lean6 

Maxime Bohler, expert en Lean Management

 

Lean8

Jean-Patrick Schweitzer, président du MFQ Alsace

 

Lean1 a 11.20.52

Jean-Philippe Gabel, responsable amélioration chez Würth

 

Lean7

Laure Brochart, ingénieur conseil à la CARSAT

 

Lean5

Lean4

Nos participants

 

Lean2

Visite des bureaux Lean

 

Lean3

Verre de l'amitié

 

Pour connaître nos prochains événements, cliquez ici !

 

Le 17/05/2016

Vers une nouvelle norme pour les sociétés de conseil

Le champ des activités des sociétés de conseil en management est très vaste. Elles interviennent auprès des entreprises à différents niveaux : commercialisation d'un produit, innovation, conception et optimisation organisationnelle, informatisation ou formation TI. Le secteur du conseil en management exerce également une forte influence sur la scène politique, avec, ces dernières années, une hausse de 1 000 % des dépenses publiques consacrées à ce type de services.

Vu son rôle de premier plan auprès des entreprises et des pouvoirs publics, au niveau de l'influence exercée sur la prise des décisions majeures et de l'importance toujours plus grande qui lui est consacrée dans le budget des sociétés, le secteur du conseil en management doit désormais répondre à des attentes plus élevées, à des exigences plus strictes et apporter des preuves plus tangibles en termes de retour sur investissement.

La future norme ISO 20700, Guidelines for management consultancy services (lignes directrices relatives aux services de conseil en management), a pour but d'aider les sociétés de conseil à améliorer la transparence et la compréhension de leurs missions auprès de leurs clients de manière à obtenir de meilleurs résultats. 

Selon Robert Bodenstein, Président du comité de l'ISO (ISO/PC 280) chargé du projet, cette norme s'appuie sur les études et l'expérience d'une large gamme de sociétés de conseil et de leurs clients. Elle présente des recommandations visant à améliorer les spécifications applicables aux services de conseil en management et le niveau des prestations qu'ils offrent.

« La norme fournira des lignes directrices sur les meilleures pratiques, afin que, de part et d'autre, soient clairement compris quels sont les critères d'efficacité et d'efficience d'un tel service, les objectifs recherchés, et les responsabilités respectives. Ces lignes directrices permettront aux entreprises d'obtenir de meilleurs résultats grâce aux services de conseil et aux sociétés de services conseil pour mieux démontrer la valeur qu'elles peuvent apporter aux clients. »

Mme Ilse Ennsfellner, Responsable du groupe de travail du comité chargé de l'élaboration de la norme, a souligné que les avantages de la norme seront plus évidents une fois celle-ci publiée et utilisée.

« Comme pour toutes les normes ISO, plus la norme sera utilisée, plus le secteur en tirera avantage, de par la promotion des meilleures pratiques auprès des consultants et de leurs clients, ainsi que des principes de transparence pour tous. »

La publication d'ISO 20700 est prévue pour début 2017.

 

Article complet à lire sur le site du MWQ

Le 28/04/2016

Bien-être au travail : halte a burn-out !


Contre la réalité du burn-out si souvent présente en entreprise, Pocheco va à contre-courant et chouchoute ses salariés en leur proposant des locaux attractifs, des cours de sport ou encore des séances d'ostéopathie !
Un bien-être incompatible avec une bonne rentabilité ? Perdu ! La société rafle aujourd'hui 70% des parts de marché de son secteur !

Retrouvez l'article compet sur BFMTV.

Le 22/04/2016

Une norme européenne pour viser « l'excellence de service »


Installation, formation à l'utilisation, maintenance, etc : tous les produits sont associés à des services. Dès lors, la facilité d'usage et la qualité perçue de la relation avec l'entreprise et son personnel sont devenues déterminantes. Pour proposer un bien ou une prestation immatérielle en visant l'excellence de service, tout fournisseur peut désormais s'appuyer sur une norme particulièrement innovante. Pour Olivier Peyrat, directeur général du groupe AFNOR, « la norme apporte des éléments de référence pour distinguer les organismes qui délivrent de bons services et qui peuvent légitimement bénéficier d'une bonne réputation ».

norme satisfaction client expérience
La norme, référencée XP CEN/TS 16880, a été conçue à l'échelle de l'Europe au sein du Comité Européen de Normalisation (CEN).

« Seize pays ont défini collectivement un modèle d'organisation que peut déployer tout organisme pour susciter l'effet "whaou" chez le client, dépasser ses attentes par un haut niveau de simplification, de personnalisation et de considération. C'est devenu une condition indispensable afin d'obtenir la recommandation si importante aujourd'hui, à travers les avis de consommateurs », résume Xavier Quérat-Hément, directeur de la qualité du groupe La Poste et Président de la commission de normalisation AFNOR compétente. Il y est même question de services « surprenants ».


Point important : la norme ne fixe pas de niveaux qualitatifs et quantitatifs. C'est à l'entreprise de service, au service commercial d'une organisation de les définir selon sa stratégie et ses objectifs.
Pour « enchanter » le client, la norme XP CEN/TS 16880 propose des recommandations ainsi que des bonnes pratiques concrètes. Le tout, suivant deux principes : un management de l'organisation centré sur le client à toutes les étapes de son parcours, et une exigence de satisfaction des collaborateurs. Le texte pose « l'innovation de service et la technologie comme leviers de développement permanent de l'excellence ».


La norme volontaire dispose du statut de « norme expérimentale ». Elle sera mise à l'épreuve pendant deux années, à l'issue desquelles elle sera revue selon les retours d'expérience. Le CEN et tous les pays impliqués pourront ainsi transformer le statut du document en norme européenne et faire évoluer le contenu du texte.

Article tiré de MWQ

Le 20/04/2016

Révision de la norme ISO 13485 pour les dispositifs médicaux

En ce sens, le rôle de la norme ISO 13485:2016, Dispositifs médicaux – Systèmes de management de la qualité – Exigences à des fins réglementaires, est de permettre le maintien de ce niveau de qualité. Face aux évolutions du management de la qualité, des technologies et de la réglementation, cette norme a connu une révision dernièrement.

norme hopital révision

La révision de cette norme était loin d’être chose aisée vu la vaste gamme de produits auxquels elle s'applique – les dispositifs médicaux comprenant tous les produits destinés à des fins de diagnostic, de prévention et de traitement de maladies. Si certains sont relativement simples, comme les pansements, d'autres sont plus complexes, comme les fauteuils dentaires, les stimulateurs cardiaques, les appareils de maintien des fonctions vitales, ou encore les réactifs de diagnostic in vitro.


Parmi les améliorations apportées à la nouvelle version de la norme, on compte un domaine d'application élargi à l'ensemble des organismes impliqués dans le cycle de vie du produit  -du stade de la conception au stade de fin de vie – une meilleure harmonisation des exigences réglementaires et une plus grande focalisation sur la surveillance post-commercialisation, y compris le traitement des plaintes.


La nouvelle version de la norme accorde également plus d'importance au fait de disposer d'une infrastructure adéquate, en particulier pour la production de dispositifs médicaux stériles, ainsi qu'au management du risque.


Wil Vargas, Secrétaire de l'ISO/TC 210, le comité technique chargé de la révision, dont le secrétariat est assuré par l'ANSI, le membre de l'ISO pour les États-Unis, a déclaré que la nouvelle version offrira un surcroît de confiance aux parties prenantes, notamment aux consommateurs.
« La norme révisée permettra non seulement aux organismes de démontrer leur conformité aux exigences réglementaires, mais elle aidera aussi l'ensemble des organismes qui participent au développement, à la distribution et à la maintenance des dispositifs médicaux à améliorer leurs processus, à mieux gérer les risques et, en fin de compte, à améliorer la qualité de leurs prestations. »


Les organismes certifiés ISO 13485:2003 qui souhaitent conformer leur système aux exigences de la nouvelle version trouveront des conseils dans le document de directives relatives à la planification de la transition (en anglais) de la norme.


En savoir plus sur les changements apportés à ISO 13485. (Vidéo)

Article tiré de MWQArticle tiré de MWQ

Le 18/04/2016

Sécurité des aliments : les grandes lignes de la future norme ISO 22000

73 pays sont impliqués dans la révision de la norme internationale sur le Management de la Sécurité des Aliments pilotée par le Danemark.

sécurité-agroalimentaire-norme

Simplifier la norme : l’axe majeur de la révision

L’enjeu, selon Olivier Boutou, expert développement durable et RSE au sein du Groupe AFNOR, est aujourd’hui de simplifier la norme : clarification de certains concepts-clés, approche fondée sur les dangers, ou encore retraits et rappels de produits. « Cette norme reste centrée sur la prévention de contaminations involontaires des denrées alimentaires pouvant avoir un impact sur la santé du consommateur. La définition de ‘niveau acceptable de danger' devrait faire son apparition, ainsi que la notion de critère d'action (ou limite d'action) pour la surveillance d'un PRPo. Cela devrait permettre de clarifier les différences avec la notion de ‘limite critique' pour un CCP, qui distingue un produit sûr d'un produit potentiellement dangereux », ajoute-t-il. C’est donc un grand travail de terminologie a lieu actuellement pour aider à une meilleure compréhension des situation, surtout en matière de surveillance.


Nouvelle structure et nouveaux articles

La nouvelle ISO 22000 adoptera la structure commune aux normes de management, déjà présente dans les normes ISO 14001 (environnement) et ISO 9001 (qualité) publiées en septembre 2015. L'enjeu est, une nouvelle fois, de simplifier les approches combinées, pour gagner du temps. Deux nouveaux articles sont prévus concernant la planification des changements et la maîtrise des produits et services fournis par un prestataire extérieur. La norme ISO 22000 restera l'approche la plus prescriptive et la plus complète en matière d'HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point), en comparaison avec l'IFS, le BRC ou le Codex Alimentarius.
Les efforts portent également sur le futur chapitre 8, le centre névralgique de la norme, qui concerne la maîtrise des dangers. « Nous espérons que la révision du document permettra de simplifier cette approche, ajoute Olivier Boutou. Pour la maîtrise des non-conformités par exemple, qui est aujourd'hui exposée sur plus de deux pages, on peut la réduire sur la forme, car les entreprises savent globalement comment gérer ces cas de figure ».


Impacts sur la certification ISO 22000

La certification tierce partie est très utilisée par les entreprises qui veulent attester du respect des exigences de la norme ISO 22000.
« La révision de la norme devrait conduire à apporter des modifications ou ajustements au référentiel », souligne Valentine Digonnet, cheffe de produit ISO 22000 chez AFNOR Certification.


Les prochaines étapes

La norme ISO 22000 révisée devrait être publiée fin 2017.
Article tiré de MWQ